Download Lait, Mensonges Et Propagande - Thierry Souccar PDF

TitleLait, Mensonges Et Propagande - Thierry Souccar
File Size2.2 MB
Total Pages366
Table of Contents
                            Title Page
La Presse Juge Lait, Mensonges et Propagande
Vos Commentaires Sur Lait, Mensonges et Propagande
Du Même Auteur
Copyright
Dedication
Préface
Sommaire
Introduction à la deuxième édition
Confessions d’un ex-buveur \(de lait\)
Quelques chiffres pour savoir de quoi et de qui on parle
Le lait, l’aliment idéal?
Comment on vous a fait croire que le lait est l’aliment idéal
Les Envahisseurs venus de la voie lactée
Comment on vous fait croire que vous n’avalez jamais assez de calcium
Les preuves que les laitages ne préviennent pas l’ostéoporose
Pourquoi vous risquez d’avoir les os moins solides en buvant plus de lait: une explication à l’épidémie d’ostéoporose
L’épidémie silencieuse qui touche 5 millions de Français
La protéine du lait qui déclenche les tumeurs
Dans le lait, un accélérateur de cancers
« En évitant le lait, vous réduirez votre risque de cancer. » Un entretien avec le Pr Jeff Holly, de l’université de Bristol.
Le lait qui fait maigrir \(enfin, presque\)
Diabète et sclérose en plaques, une même origine?
Trop gros, diabétique et menacé par l’infarctus? Une solution : buvez du lait!
Quelle quantité de calcium vous faut-il? Ce que les nutritionnistes vous cachent
Comment prévenir l’ostéoporose sans se bourrer de lait
Annexes
	• Les réponses à vos questions.
	• L’industrie laitière et ses amis parlent. Je réponds.
	• 2 avril 2008 : séance historique à l’Académie de médecine
Otes et Références
                        
Document Text Contents
Page 2

LAIT, MENSONGES
ET PROPAGANDE

Thierry Souccar

Page 183

LE PETIT D’HOMME, ÉLEVÉ AUX HORMONES ?

Quand un être humain boit du lait, il absorbe du même coup
des substances destinées à favoriser la croissance du veau.
Leur concentration dans le lait de vache dépend du stade de
la traite. La plus connue de ces substances s’appelle IGF-1
(p o ur C’est un facteur de
croissance, un agent qui conduit les cellules à se multiplier.
L’IGF-1 est d’ailleurs dans toutes les espèces le « bras armé »
de l’hormone de croissance. Pour des raisons qui vont
rapidement vous apparaître évidentes, l’industrie laitière a
longtemps nié que l’IGF-1 du lait de vache passe inchangé
dans la circulation sanguine de celles et ceux qui consomment
du lait.

L’industrie laitière s’appuyait sur la position défendue bec
et ongles en 1989 par la société Monsanto qui voulait obtenir
de la américaine (FDA)
l’autorisation de commercialiser de la viande et du lait de
vaches ayant reçu de l’hormone de croissance semi-
synthétique pour leur faire produire plus de lait. En e et, on
retrouve dans les tissus de ces animaux et aussi dans leur lait
des traces d’IGF-1, mais un IGF-1 un peu particulier, «
recombiné », légèrement di érent de celui que produisent
naturellement ces animaux. Aux États-Unis, une violente
polémique opposait à la n des années 1980 Monsanto à
plusieurs associations de consommateurs, qui s’inquiétaient
de la présence éventuelle de cet IGF-1 « recombiné » dans
leurs aliments. Mais pourquoi s’en inquiéter? Tout
simplement parce que l’on venait alors de dé couvrirque
l’IGF-1 est un acteur majeur du risque de cancer.

Oui, l’IGF-1 fait se multiplier les cellules, mais pas
seulement les cellules saines. Il donne un coup d’accélérateur

Page 184

aux cellules précancéreuses ou cancéreuses. Plusieurs études
ont trouvé que les personnes qui avaient les taux d’IGF-1 les
plus élevés dans le sang avaient un risque augmenté de
cancer du sein avant 50 ans 100,101,102, mais aussi de cancers
de la prostate 103,104,105 et du poumon.

Donc, en 1989, Monsanto soumet à la FDA une étude chez
le rat qui tend à prouver que l’IGF-1 d’un aliment n’est
jamais absorbé. Pour preuve, Monsanto a donné à des rats de
l’IGF-1 recombiné, soit dans la nourriture, soit en perfusion,
soit en injections. Et que dit Monsanto à la FDA? Qu’elle a
trouvé un taux plus élevé d’IGF-1 dans les tissus des rats
perfusés et injectés, mais pas dans ceux qui ont reçu le
facteur de croissance par voie orale. Cette étude ne sera
jamais publiée, mais la FDA en accepte les conclu-sions106.
C’est ainsi que l’usage de l’hormone de croissance dans le
bétail a été autorisé aux États-Unis en 1993.

Mais alors qu’on débattait des risques éventuels posés par
l’IGF-1 recombinante de Monsanto, voilà que les associations
américaines réalisent qu’on ne s’est jamais réellement
demandé si l’IGF-1 du lait de vache est absorbé!

Or, la question est pertinente. Car si l’IGF-1 recombinant
est di érent de l’IGF-1 humain, ce n’est pas le cas de l’IGF-1
produit naturellement par la vache: il est en tous points
identique à celui qui fait proliférer nos cellules. Et pas
seulement celles qui font grandir les enfants.

Exposez des cellules cancéreuses du sein à de l’IGF-1, qu’il
vienne de la vache ou de l’homme, et vous les verrez se
développer rapidement. Flairant le piège, l’industrie laitière
monte aussitôt au créneau. Selon elle l’étude de Monsanto a
dé nitivement clos le débat: l’IGF-1 de la vache, naturel ou
recombinant ne passe pas dans le sang.

Page 365

QUELLE QUANTITÉ DE CALCIUM VOUS FAUT-IL ? CE
QUE LES NUTRITIONNISTES VOUS CACHENT
225. SEBASTIAN A, HARRIS ST, OTTAWAY JH, TODD KM, MORRIS JR RC.
Improved mineral balance and skeletal metabolism in postmenopausal women treated
with potassium bicarbonate. N Engl J Med, 1994, 330:1776–1781.

226. SELLMEYER D. Potassium citrate prevents increased urine calcium excretion and
bone resorption induced by a high sodium chloride diet. J Clin Endocrinol Metab
2002, vol. 87, no5, pp. 2008–2012.

227. LEE WTK, LEUNG SSF, FAIRWATHERTAIT SJ, ET AL. True fractional calcium
absorption in Chinese children measured with stable isotopes (42Ca and 44Ca). Br J
Nutr 1994; 72:883–97.

228. ABRAMS SA, STUFF JE. Calcium metabolism in girls: current dietary intakes
lead to low rates of calcium absorption and retention during puberty. Am J Clin Nutr
1994; 60:739–43.

229. KOHLENBERG-MUELLER ?. Calcium balance in young adults on a vegan and
lactovegetarian diet. J Bone Miner Metab. 2003; 21(1):28–33.

230. EATON B., NELSON D. Calcium in evolutionary perspective. Am J Clin Nutr
1991; 54:281S-287S.

231. COELHO AM. Resource bioavailability and population density in primates.
Primates 1976; 17: 63–80.

232. HEANEY RP. Absorbability and utility of calcium in mineral waters. Am J Clin
Nutr 2006; 84:371–374.

233. MüHLBAUER RC. Onion and a mixture of vegetables, salads, and herbs a ect
bone resorption in the rat by a mechanism independent of their base excess. J Bone
Miner Res 2002; 17(7):1230–1236.

Page 366

COMMENT PRÉVENIR L’OSTÉOPOROSE ET LES
MALADIES CHRONIQUES SANS SE BOURRER DE LAIT
234. MüHLBAUER RC. Various selected vegetables, fruits, mushrooms and red wine
residue inhibit bone resorption in rats. J Nutr 2003; 133(11):3592–3597.

235. HEANEY RP. Calcium nutrition and bone health in the elderly. Am J Clin Nutr
1982; 36:986–1013.

236. DERIOT G. GODEFROY J-P. Le drame de l’amiante en France: comprendre,
mieux réparer, en tirer des leçons pour l’avenir (auditions). Rapport d’information
n° 37 (2005–2006).

237. BISCHOFF-FERRARI HA. Calcium intake and hip fracture risk in men and
women: a meta-analysis of prospective cohort studies and randomized controlled trials.
Am J Clin Nutr. 2007 Dec; 86(6):1780–90

Similer Documents